entete article retour sur ....2016'02'10

Une semaine remarquable

Retour sur le lancement national de mon 2nd livre

Une des personnes chargées de la promotion des livres chez Desclée de Brouwer, mon éditeur, informée sur mon site de la succession des événements de la semaine dernière, redoutais que je ne sois surmené. Or, Philippe Spitz s’occupant parfaitement de la logistique, je n’avais qu’à me concentrer sur mon sujet, et je suis sorti indemne, et enrichi, de cette semaine.

Lundi 1er février : Compte rendu dans les Dernières Nouvelles d’Alsace (cahier Alsace du nord, suivre le lien) de la réception, le 30 janvier, à la mairie de Weitbruch, suivie de la dédicace de mon livre.

Mardi 2 février : Une page entière dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, suite à l’interview, la semaine précédente de Jacques Fortier. Le titre de l’article : La becquée et l’envolée (suivre le lien). En dessous de ma photographie on peut lire : Jean (s’adressant à) Janine : “Les lignes de mon écriture sont les barreaux d’une échelle qui me mène à toi”. Le journaliste n’a pas manqué de relever mon regard spirituel sur la maladie, non, sur mon épouse malade d’Alzheimer.

Mercredi 3 février : Une belle page dans L’Alsace, où Hervé de Chalandar a mis le beau titre : Journal du pays d’Alzheimer (suivre le lien). Non pas sur LE pays mais DU pays d’Alzheimer. En effet, mes deux livres sont écrit du point de vue de mon épouse. La maladie d’Alzheimer a fait partir Janine dans un pays étrange où je l’ai rejointe. Et c’est depuis ce pays d’Alzheimer que nous avons écrit notre journal. Comme l’écrit le journaliste : C’est sans doute la première fois qu’une malade d’Alzheimer corédige des livres…

Jeudi 4 février : Lancement national et réception au Conseil départemental du Bas-Rhin. Les échanges ont été chaleureux notamment avec des personnes impliquée d’une manière ou d’une autre dans l’accompagnement d’un malade d’Alzheimer. Frédéric Bierry, Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin, impliqué en tant que tel dans le financement de l’aide aux aidants ainsi que dans la formation de ces derniers, a été très présent tant par son discours que par son écoute lors de la présentation, par Philippe Spitz et moi-même de mon livre et des échanges qui s’en sont suivis. Échanges encore à bâtons rompus lors de la réception qui a suivi.

Vendredi 5 février : Mini colloque à la Salle Blanche de la Librairie Kléber, autour de l’accompagnement d’un malade d’Alzheimer, avec la participation de François Sellal, neurologue, moi-même (évidemment…), Cathy Bernecker, comédienne et Philippe Spitz, comédien, ces deux derniers faisant les lectures. Nous avons fait salle comble, et l’auteur que je suis fut comblé. La maladie d’Alzheimer touchant de près ou de loin beaucoup de personnes, les questions posées par l’assistance étaient pertinentes, ce qui facilitait aussi bien les réponses du Docteur Sellal que les miennes. Trois fois, il y eu des applaudissements. Je me suis prêté de bon cœur à la séance de dédicace, écrivant qu’à leur tour les lecteurs de mon livre seraient à l’écoute de ce visage que j’ai tant écouté… et que j’écoute encore.

Plus tard, à partir de 19 heures 30 : repas-rencontre au winstub du Meiselocker de Cédric Moulot avec des amis proches et des nouveaux amis, maintenant. Une belle manière de terminer cette journée et de faire encore plus large connaissance les uns avec les autres.

Samedi 6 février : séance de dédicace, de 15 heures à 17 heures 30 à la librairie Bisey à Mulhouse. Une fanfare qui répétait sur la belle place de l’ancien hôtel de ville, en vue du carnaval, semblait jouer pour nous accueillir, Philippe Spitz et moi. À peine étais-je installé à ma table pour faire les dédicaces, qu’un homme, qui se présentait comme étant Pierre M., me dit : Salut Jean. Je suis content de te rencontrer. Tu ne me reconnais sans doute pas. Ça fait 70 ans que nous ne nous sommes pas vus. Ton livre m’intéresse. J’accompagne ma femme malade d’Alzheimer depuis six ans…Puis ce fut encore un autre, Pierre R. qui s’est rappelé à mon bon souvenir. Les deux sont natifs, comme moi, d’Altkirch. D’autres personnes sont encore passées, dont un couple de médecins, Valérie et Eric F., amis de Philippe. Ils nous ont invités à passer un moment de détente avec eux à une pâtisserie toute proche.

Philippe a repris le volant à 19 heures. Nous étions de retour à 21 heures. Pas trop fatigué ? m’a demandé Philippe. C’eut été plutôt lui, qui a conduit…. Pas seulement la voiture mais toute la communication autour du lancement de mon livre*.

 

*Lui et sa boîte de communication Le dromadaire à bretelle

1 commentaire sur "Une semaine remarquable"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *